Après la stratégie et les méthodes, intéressons-nous à présent aux nouveaux outils permettant de doper la Learning Experience.

Learning Experience Platform

Le collaborateur est de plus en plus maitre de son apprentissage. Les contenus de Learning sont partout, l’apprenant fait sa sélection sans passer par son entreprise, et la réforme de la formation professionnelle va renforcer cela. L’entreprise doit adapter son système de Learning pour savoir quelles compétences l’apprenant développe spontanément (learning analytics) et en complément, proposer des expériences d’apprentissage pertinentes, efficaces et virales pour développer les compétences stratégiques propres à son business.

2010’s la vague des LMS

La plupart des grandes entreprises françaises se sont équipées de LMS tels que Cornerstone, Workday, Saba, Sum Total. Les Learning Management System sont des outils très adaptés à la gestion des processus RH. Mais, ils n’ont pas suffisamment investi pour moderniser l’expérience d’apprentissage (vidéo, mobile …). A présent, ces éditeurs tentent de passer de ‘système de gestion de la formation’ à ‘plateforme d’expérience’, mais ils sont encore loin de satisfaire les apprenants.

et maintenant, les LXP, nouveaux outils Learning

Schneider Electric, Danone et d’autres se tournent aujourd’hui vers les LXP ‘learning experience platform’ comme Edcast ou Degreed, capables de contextualiser l’apprentissage et de l’intégrer dans le quotidien de travail. Elles organisent le contenu et commencent à utiliser des algorithmes de recommandations, ce qui leur permet de ‘classifier’ les contenus par rôle, par fonction et par compétence. 

C’est exactement ce que nous faisons à la maison, quand un film ou une série nous sont proposés en fonction de ce que nous avons pu voir  auparavant.

Applications concrètes

Ventes : Un distributeur compte plus de 20 000 professionnels des ventes et des services dans le monde qui utilisent tous Salesforce.com comme système quotidien de suivi du travail et des activités. Edcast pousse du contenu dans Salesforce.com à chaque opportunité détectée, suggère des vidéos ou des conseils pour aider le vendeur à évaluer, à gérer ou à conclure une transaction.

Sécurité :

Il existe des solutions d’apprentissage adaptatif qui diffusent chaque jour des vidéos de 2 à 3 minutes lorsqu’un opérateur vérifie son travail. L’apprentissage est organisé, espacé et conçu pour produire un résultat. Puis, l’employé répond aux questions pour donner au système suffisamment d’informations pour décider ce qui doit venir ensuite.

Retail : 

Un détaillant fournit des conseils opérationnels et de vente à ses employés dans les kiosques et les comptoirs de caisse. Lorsque l’employé a du temps il peut les consulter. Un autre diffuse une formation commerciale chaque fois qu’un nouveau produit sort, et les employés peuvent même pratiquer ce qu’ils ont appris et être évalués par leurs pairs.

Maintenant que nous avons le socle, quels nouveaux outils learning pour développer des expériences d’apprentissage attractives et efficaces ?

Gamification

La gamification n’est pas l’action de jouer, c’est un levier d’apprentissage, une méthode qui permet de déclencher des émotions, des expériences positives qui vont se traduire par un meilleur engagement, une fidélisation en quelque sorte. 

Ainsi, les mécaniques du jeu et ses interactions sont utilisées dans le contexte d’apprentissage. La notion de scores, de badges, de récompenses ou de classement motive les apprenants à poursuivre leur apprentissage au-delà du premier contenu visualisé.

Ce qui rend la gamification si puissante, c’est qu’elle fait appel à des émotions liées à une expérience positive. En tant qu’apprenant je me sens maitre de mon apprentissage et de ma progression.

Tout ce que nous faisons, nous le faisons pour réaliser quelque chose. Montrez-leur leurs statistiques et ils voudront presque toujours les améliorer.

WiDiD a mis en oeuvre les principes de la gamification pour un organisme de formation dédié aux métiers de l’eau, et devinez quoi ? Ca marche !

Et surtout n’oubliez pas que ce n’est pas uniquement pour les jeunes, la gamification est universelle.

Pour 90% des employés de plus de 45 ans, la gamification les aide à avoir de meilleurs résultats dans leur travail.

TalentLMS

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille cet article dédié à la gamification.

Realité virtuelle

On sait et on sent bien qu’on ne peut « apprendre » un soft skill que par la pratique.

Comment pratiquer, sans danger, sans jugement, à un rythme suffisamment fréquent pour s’exercer et progresser ?

Comment apprendre à négocier son salaire, comment s’exercer à la prise de décisions sans biais ?…

Bien sûr, la réalité virtuelle n’est pas l’alpha et l’oméga, mais en matière de soft skills, il n’y a aujourd’hui pas mieux en termes d’efficacité et de scalabilité.

Oui, il faut un investissement de départ plus important que pour produire un e-learning. Mais sur les cas d’usage pertinents, cela peut faire économiser des millions. On dope l’ancrage mémoriel d’une formation, on réduit le taux d’erreur des employés et en on augmente leur efficacité.

retours d’expérience

Ex: la Yale University School of Medicine

Les étudiants formés en VR à un exercice de dissection de la vésicule biliaire sont 29% plus rapides que les autres et font 6 fois moins d’erreurs .

L’étudiant moyen retient 5% de ce qu’il entend dans les cours magistraux, 10% de ce qu’il lit et 20% de ce qu’il voit et entend dans ses présentations audiovisuelles. En ajoutant une simulation en VR, le taux de rétention peut atteindre 75%. (source : NTL Institute for Applied Behavioral Science)

La VR permet réellement de se projeter dans la peau d’un autre, cela crée un lien très profond avec l’expérience, on ne fait pas que la regarder, on la ressent.

Le projet « VR-HYPERSPACE » de l’UE, sur le transport aérien, étudie l’effet de la VR sur le confort des passagers d’avions en les plaçant virtuellement dans des positions confortables ou inconfortables.

Leurs découvertes indiquent qu’être dans un corps virtuel lui-même dans une posture inconfortable entraîne un inconfort subjectif.

Un article publié dans Frontiers in Neuroscience conclut que « … les résultats expérimentaux suggèrent que la propriété de membres et de corps virtuels peut engager les mêmes processus perceptuels, émotionnels et moteurs qui nous font sentir que nous possédons notre corps biologique. ». Cela souligne le pouvoir d’influence de la VR sur le fonctionnement neurologique et cognitif.

La formation en réalité virtuelle offre une rétention d’informations supérieure, des performances améliorées et une précision accrue. Les expériences de réalité virtuelle dans un corps ‘autre’ créent un niveau d’apprentissage plus profond.

Bien sûr la VR n’est pas pertinente pour tout. Mais, pour transformer la culture managériale dans la durée, pour s’exercer à être créatif, à reconnaître les émotions des autres, quels moyens avons nous aujourd’hui ?

Comment utiliser la VR à bon escient ?

1. Choisir les bons cas d’usage
R Situations Rares Walmart forme ses collaborateurs au Black Friday en VR
I Situations Impossibles Se mettre dans la peau d’un collaborateur, pour s’entrainer au feedback
D Situations Dangereuses Intrusion dans une surface de vente
E Très coûteux (Expensive) Prendre la parole devant un parterre de journalistes
2.Travailler l’expérience globale avec designers et pédagogues

L’expérience de l’apprenant doit être parfaite et immersive de bout en bout et reliée aux autres contenus (podcast, application mobile, présentiel…). Bien sur le contenu VR est important et doit répondre à des critères qualitatifs et pédagogiques. . L’environnement physique : les casques, les meubles …tout doit être pensé pour faciliter l’apprentissage. C’est ce que fait WIDID avec ses clients.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez bien sur me contacter et aussi lire cet article dédié à l’immersive learning.

Voice is the new UI

Bientôt nous n’aurons plus besoin d’autres interfaces que notre voix, exit le clavier, exit la souris, exit l’écran tactile … Alexa, Google Home, …Les ventes de Noel ont fait la part belle aux assistants vocaux.

Nos usages vont être profondément modifiés chez nous, au bureau, partout.

  • Comment manager des gens par mail alors qu’ils shoppent en vocal ?
  • Comment espérer maintenir l’engagement des apprenants devant des elearning ou des quiz ?
  • Quelle évolution pour le mobile learning, face à l’explosion des podcasts ?
  • Comment utiliser la voix en formation ?

Bonne nouvelle, les podcasts, les radio corporate et plus généralement la voix sont des médias  mais ce sont aussi de nouveaux outils learning puissants car :

  • Scalables : simples à produire/diffuser et accessibles : tout le monde sait écouter la radio
  • Efficaces : média de masse nomade et émotionnel
  • Puissants :  pouvoir de la voix + écoute fréquente = proximité.
  • Pédagogique : chacun choisit son rythme d’apprentissage et on apprend depuis tout petit par la voix

stylo 31 mots/min, clavier 70/min, voix 200 mots/min

Comment commencer ? Vocalisez tout ce qui peut l’être ! Créez une culture de la voix dans vos équipes formation, avec des collections de podcast de connaissance et de valorisation, de la curation de podcast, des émissions Live autour d’un sujet qui intéresse votre communauté, mettez en place des sessions d’écoute collective (un manager et son équipe), créez des groupes what’s app pour accompagner vos expériences d’apprentissage…

Et bien sur vous pouvez nous contacter et lire cet article dédié au podcast.

Cet article sur les nouveaux outils de learning vient clôturer cette série sur le learning au service du business. J’espère sincèrement que vous avez appris quelque chose et que cela vous a plu, Aurore et moi serions ravis d’en discuter avec nous !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *