Les progrès de la réalité virtuelle pour améliorer notre façon de travailler s’accélèrent.

Dans 10 ans, vous travaillerez peut-être avec un avatar grâce aux progrès de la réalité virtuelle  !!

Quelles sont les prédictions d’un expert en innovation sur les progrès de la réalité virtuelle pour améliorer notre façon de travailler ?

L’avenir du travail pourrait ressembler à de la science-fiction dans quelques années, car les progrès de la réalité augmentée et virtuelle combinés à ceux des technologies sans fil 5G et 6G révolutionnent la façon dont nous interagissons numériquement.

C’est ce que prédit Paul Jacobs, ancien PDG et président exécutif de Qualcomm, qui a cofondé XCOM Labs il y a deux ans avec d’autres anciens cadres supérieurs de Qualcomm pour développer et commercialiser des technologies sans fil transformatrices. Il est aujourd’hui le PDG de XCOM.

Inventeur prolifique avec plus de 80 brevets américains délivrés ou en cours d’obtention dans le domaine des technologies et des appareils sans fil, cet ingénieur en électricité et en informatique a partagé sa vision lors de l’événement virtuel @Work Spotlight de CNBC, “Leveraging New Technologies to Optimize the Workforce”, jeudi.

Sur quoi se base-t-il pour y croire ?

“Je pense que la main-d’œuvre adoptera des modèles hybrides où certaines personnes seront au bureau en personne, et d’autres travailleront à distance. A terme, nous pourrons utiliser la réalité virtuelle et augmentée pour améliorer la façon dont nous interagissons les uns avec les autres sur le lieu de travail de manière virtuelle”, a-t-il déclaré, notant que cela contribuera à humaniser l’expérience de travail à distance.

“Les gens se demandent déjà si nous voulons simplement être sur Zoom en train de regarder un grand écran avec une matrice des visages des gens, ou s’ils ont la possibilité d’utiliser les technologies pour améliorer l’expérience”, a-t-il déclaré.

Selon M. Jacobs, “nous pouvons utiliser certaines de ces nouvelles technologies pour donner l’impression d’être là avec des collègues en créant un jumeau numérique de soi, un avatar ou un flux vidéo d’eux au bon endroit”. Les effets de la collaboration dans le monde virtuel devraient également évoluer vers une nouvelle normalité, a-t-il dit. Il se peut que les objets numériques sur lesquels une équipe travaille ensemble flottent dans l’air devant le groupe, a-t-il ajouté.

l’acceptabilité sociale sera déterminante sur l’utilisation de la réalité virtuelle pour améliorer notre façon de travailler.

“Certaines de ces choses ressemblent à de la science-fiction, mais les technologies derrière beaucoup de ces concepts existent déjà. Les questions sont : Dans quelle mesure sont-elles socialement acceptables aujourd’hui ? Et quelle est la qualité de l’expérience actuelle”, a déclaré M. Jacobs.

“Les casques de VR s’améliorent et deviennent moins chers, mais nous devons encore les rendre plus légers et plus efficaces. Aujourd’hui, il faut un gigabit par seconde pour faire fonctionner le poste de VR le plus performant, mais à court terme, il faudra des centaines de mégabits par seconde pour résoudre ce problème”.

Il faut espérer que d’ici dix ans, la situation changera radicalement,  car la nature du travail change radicalement. Nous en sommes maintenant au stade de l’apprentissage” a-t-il expliqué.

La pandémie est le moteur de l’adoption de ces technologies et cette tendance devrait se poursuivre tout au long de la décennie. Un rapport de PwC publié l’année dernière prévoyait que près de 23,5 millions d’emplois dans le monde utiliseraient la réalité augmentée et la Réalité Virtuelle d’ici 2030 pour la formation, les réunions de travail ou pour fournir un meilleur service à la clientèle.   

Quel marché et quels acteurs sur le sujet réalité virtuelle et façon de travailler ?

Selon un rapport d’ABI Research de cette année, avant la pandémie, le marché de la VR devait croître à un taux annuel composé de 45,7 %, dépassant les 24,5 milliards de dollars de recettes d’ici 2024. La réalité virtuelle utilisée dans les entreprises devrait passer de 829 millions de dollars en 2018 à 4,26 milliards de dollars en 2023, rapporte ARtillery Intelligence.

“De nombreuses entreprises ont sauté pas vers ce marché, y compris Apple et Google”, note Jacob. “C’est une période passionnante”.

“Peut-être que la même chose qui est arrivée au smartphone où l’introduction de l’iPhone par Apple a contribué à le faire basculer dans le courant dominant se produira ici”, a-t-il dit. “Tout le monde parle du fait qu’Apple travaille sur sa propre initiative de réalité augmentée.”

Apple possède la plus grande plateforme d’AR au monde, avec des centaines de millions d’appareils compatibles avec la AR, ainsi que des milliers d’applications d’AR sur l’App Store. En mai, Apple a acheté la société de réalité virtuelle NextVR. La start-up de Newport Beach, en Californie, se concentrait auparavant sur la diffusion et la production d’événements en direct et enregistrés en réalité virtuelle, comme des événements sportifs et des concerts.

C’est une preuve supplémentaire des plans d’Apple d’entrer dans la réalité virtuelle et les technologies de réalité augmentée connexes comme une nouvelle catégorie de produits. Il a déjà été signalé que la société travaille secrètement sur une combinaison de produits portables de réalité augmentée et de réalité virtuelle.

Et en France, ou en est-on ? Quels acteurs composent le marché, quelles compétences réunir ?

Article original de Lori Ioannou, Le 10 décembre 2020

Adaptation par Anne-Sophie Gimenez

Categories: Non classé

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder
fr_FR